Actualités - Innovation

L'industrie verte a de l'avenir

Quel est le point commun entre une voiture électrique, un panneau photovoltaïque et une éolienne ? Ce sont des technologies issues de l’industrie verte. Gros plans…

Vous êtes écolo ? Votre environnement vous concerne ? Et vous voulez savoir si ce secteur a de l’avenir ? Rassurez-vous ! L’industrie verte est en forte croissance puisqu’elle représente désormais 2 % du PIB (produit intérieur brut) de la France. Cet indicateur économique permet de définir la valeur totale de la production de richesses. C’est donc une très bonne nouvelle… L’énergie verte crée des richesses et des emplois !

Selon le Commissariat général au développement durable, en 2010, 452 600 personnes étaient employées dans les filières vertes. Des emplois en « hausse rapide », avec une moyenne annuelle de + 3,4 % de 2004 à 2010 ; contre un peu moins de 1 % pour l’économie française dans son ensemble.

Dans la filière verte, 1 salarié sur 2 travaille sur le traitement de l’eau et des déchets

Certains se sont spécialisés dans la préservation de l’environnement, d’autres dans les énergies renouvelables et les derniers dans l’efficacité énergétique.

Le secteur qui recrute le plus concerne la préservation de l’environnement avec le traitement de l’eau et des déchets, ainsi que la lutte contre les pollutions. Un salarié sur deux y travaille.

Les constructions de bâtiments à basse consommation énergétique se multiplient

Ensuite viennent les énergies renouvelables avec, par exemple, la réduction des gaz à effet de serre, le photovoltaïque ou encore la création de bâtiments à basse consommation énergétique. C’est le travail de 14 % d’entre eux - soit plus d’un employé sur dix. Un secteur qui devrait connaître une croissance soutenue, si tant est que les techniques de construction s’industrialisent.

L’éolien offshore en pleine croissance

Si l’emploi dans les énergies renouvelables a crû de 15,6 % entre 2004 et 2010, la baisse des subventions accordées par l’Etat lors de la construction de panneaux solaires a entraîné de nombreux licenciements. Mais le Commissariat général au développement durable reste confiant. Les filières émergentes comme l’éolien offshore, le CSC, Captage et stockage de carbone ou les smart grids, réseaux de distribution d’électricité « intelligent », offrent de « fortes perspectives de croissance ».

Les autres salariés travaillent dans des activités dites transversales. Qu’ils soient secrétaires, spécialistes de la recherche et du développement, commerciaux ou ingénieurs, ils sont en permanence en contact avec d’autres employés au sein de leur entreprise.

Economiquement, la production de ces filières se chiffre à 70 milliards d’euros. 37,2 milliards sont consacrés à la protection de l’environnement : eau, assainissement et déchets ; 24,3 milliards à la gestion des ressources : énergies renouvelables et maîtrise de l’énergie ; et 8,3 milliards aux activités transversales. Alors avis aux demandeurs d’emplois et aux personnes qui cherchent leur voie ! Le vert, c’est l’avenir…

 

Pierre Rahan

© 2012 Les Industries Technologiques - Tous droits réservés

 

REPERES

CGDD, Commissariat général au développement durable

Rapport du CGDD n°301, mars 2012 :

Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2010 : premiers résultats.

 

 

 

 

  • 12 septembre 2012
  • Envoyer par mail
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Viadeo
Envoyer

L'email inscrit ne sera ni conservé ni réutilisé

*champs obligatoires

Vous aimerez peut-être

Abonnement aux actualités

Consulter les mentions légales

Mentions légales

L’UIMM, en sa qualité de responsable du traitement, collecte et traite vos données afin de vous adresser la newsletter. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « loi Informatique et Libertés » , vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition pour motif légitime à l’utilisation des données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous adressant au CIL par courrier postal à l’adresse suivante UIMM, Correspondant Informatique et libertés, 56 avenue de Wagram, 75017 PARIS