Actualités - Emploi

Travailler dans une PMI est un accélérateur de carrière !

Travailler dans une PMI (petite et moyenne industrie) est aujourd’hui le moyen idéal d’enrichir très rapidement un début de carrière.Explications avec Sidney Kristiansen, responsable du programme Compétences de Pacte PME, une association de 50 grandes entreprises qui agissent en faveur du développement de leurs partenaires PME et PMI d’innovation et de croissance. 

Pourquoi chercher un emploi dans une PMI plutôt que dans une grande entreprise ?

Contrairement à ce que pensent la plupart des candidats, la qualité d’une expérience professionnelle est indépendante de la taille d’une entreprise. Ce qui compte avant tout, c’est l’intérêt du projet sur lequel on va être amené à travailler et l’ambition de la PMI (petites et moyennes industries). Arriver dans une entreprise une fois qu’elle a réussi, c’est bien ; mais dans une entreprise en pleine croissance, c’est une vraie aventure. Tout est à faire et les candidats ambitieux ont tout à y gagner et à y apprendre. Les missions y sont variées avec des responsabilités et des opportunités d’évolution rapide. C'est un écosystème engageant et en pleine expansion, où les collaborateurs peuvent développer leur polyvalence, leur esprit d’initiative et leur créativité. Démarrer un parcours professionnel dans une PME (petites et moyennes entreprises) permet d’acquérir rapidement des compétences très recherchées sur le marché du travail. Il y a beaucoup de PMI dans cette dynamique, surtout parmi les partenaires et fournisseurs des grandes entreprises. La SNCF par exemple a 26 000 fournisseurs dont 22 000 PME ; Airbus en a 3000 dont 500 qui jouent un rôle clé dans le développement de l’entreprise. D’ailleurs, aujourd’hui, certaines grandes entreprises envoient leurs salariés dans ces PMI pour enrichir leurs expériences professionnelles.

Pouvez-vous nous décrire l’environnement de travail dans ces PMI d’excellence ?

Les PMI que j’appelle les « championnes cachées » réunissent en général trois critères qui font leur force.

Premièrement, elles ont une « raison d’être » qui résume l’objectif et les valeurs de l’entreprise. Cela permet à l’ensemble des collaborateurs de partager la même vision et travailler dans le même sens.

Deuxièmement, elles sont à « taille humaine », c'est-à-dire que la PMI est structurée de telle sorte que chaque salarié puisse comprendre son rôle au sein de l’entreprise, ce qui permet une vraie réactivité à tous les maillons de la chaîne. En général, la gestion est également décentralisée. Il y a moins de hiérarchie que dans une grosse entreprise, la circulation des infos est plus fluide et les échanges sont plus faciles entre les différents métiers et les clients.

Troisièmement, ces PMI championnes donnent à leurs collaborateurs les capacités d’agir et une certaine liberté, car elles sont convaincues que ce sont avant tout les salariés et pas le management qui détiennent les solutions pour les clients.

Quels conseils donner aux candidats pour les aider à identifier et prendre contact avec ces PMI accélératrices de carrière ?

Je dirai aux candidats d’être curieux et pro-actifs. L’écosystème français est très bien structuré pour identifier ces entreprises. Les pôles de Compétitivité regroupent plus de 5000 PMI innovantes qui sont présentées sur leurs sites web. Les organisations sectorielles sont également une bonne source. Ensuite, il faut lire la presse spécialisée, multiplier les réseaux, aller à la rencontre de ces entreprises au travers de forums ou d’ateliers d’insertion avec son CV sous le bras et surtout ne pas hésiter à demander à les rencontrer et à discuter avec eux.

Quelles sont les compétences recherchées par ces PMI ?

Dans ce type d’entreprise, chaque collaborateur doit apporter sa pierre à l’édifice, aussi bien les ingénieurs que les techniciens. Ce qui compte avant tout, c’est l’ambition, l’implication et l’autonomie des candidats. En PMI, les techniciens sont très valorisés, et la bonne nouvelle, c’est que ce sont eux qui enregistrent un tiers des salaires les plus élevés.

Sophie Lavoix

©2013 Les Industries Technologiques – Tous droits réservés

Photos : ©DR

  • 30 avril 2013
  • Envoyer par mail
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Viadeo
Envoyer

L'email inscrit ne sera ni conservé ni réutilisé

*champs obligatoires

Vous aimerez peut-être

Abonnement aux actualités

Consulter les mentions légales

Mentions légales

L’UIMM, en sa qualité de responsable du traitement, collecte et traite vos données afin de vous adresser la newsletter. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « loi Informatique et Libertés » , vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition pour motif légitime à l’utilisation des données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous adressant au CIL par courrier postal à l’adresse suivante UIMM, Correspondant Informatique et libertés, 56 avenue de Wagram, 75017 PARIS