Actualités - Métiers

nEUROn le drone invisible à la pointe de l’innovation

Le défilé du 14 juillet est l’occasion de mettre l’accent sur les innovations militaires développées par Dassault Aviation. Gros plan sur nEUROn, le premier drone de combat furtif européen.

L’entreprise Dassault Aviation est à l’honneur à chaque défilé du 14 juillet. Cette année, les spectateurs ont pu admirer les 9 Alpha Jet évoluer dans l’espace aérien parisien à l’occasion des 60 ans de la Patrouille de France. Ces avions, tout comme les Rafale, Mirage, Super Etendard, Falcon ou Atlantique, sont tous issus des ateliers de l’entreprise qui emploie près de 11 600 collaborateurs dont 9 000 en France.

La construction d’un avion est toujours une aventure humaine. C’est aussi la réunion d’une multitude de compétences et d’innovations. nEUROn, le dernier né des drones de combat sans pilote à bord, ne déroge pas à la règle. Cet avion d’étude a été lancé en 2003 par le gouvernement français, pour permettre aux équipes françaises et européennes qui contribuent à sa réalisation d’entretenir leur savoir-faire.

Un avion furtif qui allie les meilleures compétences européennes

« Il ne donnera pas lieu à production en série sous cette forme », explique Mathieu Durand, adjoint du directeur des relations extérieures et de la communication de Dassault Aviation. « Il a pour objectifs de développer et de valider un certain nombre de technologies d’avenir, de maintenir les compétences des industriels et de contribuer ainsi à la préparation de la prochaine génération d'avions de combat ».

Plusieurs centaines d’ingénieurs et de techniciens européens ont travaillé à sa conception dans les bureaux d’études, à sa fabrication et aux essais.

  • Dassault Aviation (France) s’est occupé de la maîtrise d’œuvre, de l’architecture et de la conception générale, des commandes de vol, de l’assemblage final, des tests au sol et en vol ;
  • Thales (France) s’est concentré sur les data link (câbles de transport de données) et l’interface de commandement de l’appareil ;
  • SAAB (Suède) a conçu le fuselage, l’avionique, le système carburant, et s’est occupé des essais en vol ;
  • Alenia (Italie) a fabriqué les systèmes de tir, les systèmes électriques et fait des essais en vol ;
  • Ruag (Suisse) a travaillé sur la soufflerie et l’interface armement ;
  • EADS-CASA (Espagne) a produit la voilure, la station au sol, et les data link ;
  • HAI (Grèce) a réalisé le fuselage arrière, la tuyère (pièce qui sert à transformer l’énergie des gaz de combustion en énergie cinétique pour propulser l’appareil), et le banc d’intégration (banc d’essai);

Un travail d’équipe par le biais d’un plateau virtuel

Autre spécificité, nEUROn est le premier aéronef militaire au monde à être entièrement conçu et développé en « plateau virtuel », dans un environnement « Product Lifecycle Management » qui permet aux équipes partenaires de travailler simultanément en temps réel sur la même base de données numérique, quel que soit le lieu d’exécution des travaux.

Toutes les pièces ont ensuite été assemblées dans l’usine Dassault d’Istres. Et le 1er décembre dernier, cet avion de grande envergure (12,5 m) et sans pilote a effectué avec succès son premier vol de démonstration d'une durée de vingt-cinq minutes. Cette première sortie très attendue s’est déroulée exactement selon les prévisions. nEUROn a décollé de manière entièrement automatique, atteint une altitude d'environ 2 000 mètres, puis fait demi-tour, effectué son approche avant de se poser.

D’autres avions d’étude sont programmés

Le nEUROn poursuivra ses essais en France jusqu'en 2014, date à laquelle il sera envoyé à Vidsel en Suède pour une série de tests à caractère opérationnel. Il rejoindra ensuite le polygone de Perdadesfogu en Italie pour d'autres essais, notamment de tirs et de mesure de furtivité. Le programme nEUROn sera achevé une fois les essais prévus réalisés.

Innovation oblige, Dassault Aviation prévoit déjà le lancement, dans les mois à venir, d’un nouvel avion d’étude, qui prendra la suite du nEUROn et permettra aux industriels de continuer à développer leurs compétences en matière d’aviation de combat. Affaire à suivre !

 

Sophie Lavoix

© 2013 Les Industries Technologiques – Tous droits réservés

Photos Xavier Béjot - Sébastien randé - Aude Boissaye © Dassault Aviation

  • 15 juillet 2013
  • Envoyer par mail
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Viadeo
Envoyer

L'email inscrit ne sera ni conservé ni réutilisé

*champs obligatoires

Vous aimerez peut-être

Abonnement aux actualités

Consulter les mentions légales

Mentions légales

L’UIMM, en sa qualité de responsable du traitement, collecte et traite vos données afin de vous adresser la newsletter. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « loi Informatique et Libertés » , vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition pour motif légitime à l’utilisation des données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous adressant au CIL par courrier postal à l’adresse suivante UIMM, Correspondant Informatique et libertés, 56 avenue de Wagram, 75017 PARIS