Actualités - Emploi

La filière automobile recrute !

Malgré une situation conjoncturelle difficile, les constructeurs et les équipementiers automobiles ainsi que leur sous-traitants vont recruter entre 20 000 et 25 000 personnes par an jusqu’en 2020…

Certes, la filière automobile a perdu un quart de ses effectifs sur les dix dernières années. Mais, en raison d’une pyramide des âges vieillissante,  elle continue cependant à recruter, notamment en Alsace, en Franche-Comté, en Ile-de-France, en Lorraine, dans le Nord-Pas-de-Calais, les pays de la Loire et la région Rhône-Alpes.

Selon une étude de l’Observatoire paritaire, prospectif et analytique des métiers et qualifications de la Métallurgie, le secteur automobile devrait même recruter entre 20 000 et 25 000 personnes par an jusqu’en 2020, tous niveaux confondus.

Des besoins criants pour concevoir des voitures plus écologiques et plus intelligentes

Pour mieux répondre aux attentes des consommateurs, l’automobile évolue : elle devient de plus en plus environnementale  et la mobilité qu’elle offre, est de plus en plus intelligente : en complément des méthodes de conception classiques, les bureaux d’études et les centres de recherche-développement de la filière automobile conçoivent maintenant  des véhicules plus écologiques, plus sûrs, plus intelligents et mieux connectés .

Réduire les émissions de CO2 : un enjeu majeur

 Pour rendre l’automobile moins polluante et plus économique pour l’utilisateur, les constructeurs et les équipementiers s’efforcent de réduire la masse des véhicules,  en utilisant de nouveaux matériaux légers, intelligents et innovants, tels que les aciers à hautes caractéristiques mécaniques, les matériaux plastiques et composites, et les biomatériaux.  

Ils œuvrent également pour améliorer les performances  des moteurs thermiques conventionnels  ou encore augmenter les énergies embarquées alternatives telles que les  motorisations hybrides et électriques.

Sécurité, confort et connectivité : le socle du véhicule du futur

Les industriels innovent aussi pour répondre aux attentes des consommateurs en matière de mobilité intelligente : l’intelligence embarquée permet ainsi de prévenir des collisions et d’améliorer la sécurité de conduite, avec, par exemple, le contrôle de trajectoire, l’aide au freinage, le maintien des distances et des vitesses et l’alarme de franchissement involontaire de lignes. L’assistance du conducteur, avec les systèmes de navigation intelligents tels que la régulation de trafic, améliore, quant à elle, le confort du conducteur et permet de rendre plus agréable le temps de transport.  Pouvoir être connecté pour  disposer en permanence et en temps réel d’un grand nombre d’informations fiables fait aussi partie de ces innovations qui seront présentes dans nos automobiles demain.

De nouvelles compétences sont demandées pour accompagner ces évolutions

Le développement de ces nouvelles technologies nécessite de nouvelles compétences.

Chez les constructeurs et les équipementiers, ce sont les ingénieurs, les cadres techniques ainsi que les techniciens et les agents de maîtrise qui sont plébiscités. Ils seront, entre autre,  chargés de travailler sur l’éco-conception des véhicules et d’accompagner la révolution des nouveaux aciers et des « matériaux composites » comme les mousses, les plastiques, les fibres de carbone.

Les industriels automobiles ont également besoin de nouvelles compétences pour développer la mobilité intelligente et les nouvelles motorisations hybrides et électriques. Ils recherchent plus particulièrement des salariés spécialisés en électronique, en mécatronique (mécanique + électronique) et en informatique, pour faire fonctionner les interfaces homme-machines, les technologies 3D et l’ingénierie réseau.

Une demande toujours soutenue pour les soudeurs et les chaudronniers

Les entreprises recherchent aussi des ouvriers qualifiés. Soudeurs, chaudronniers, outilleurs, usineurs et régleurs sont fortement demandés, surtout chez certains équipementiers. Il en est de même pour tous les métiers liés à la maintenance et à l’électronique. Face à la demande grandissante, les salaires sont d’ailleurs en nette augmentation de 1500 euros à plus de 3500 euros pour un chaudronnier ou un soudeur.

Apprendre un métier tout en se formant

Quel que soit votre niveau actuel, si vous êtes en recherche d’orientation, c’est donc le bon moment pour vous pencher sur l’apprentissage des métiers liés à l’automobile. 85% des jeunes qui suivent un cursus en apprentissage au sein du pôle formation des industries technologiques sont embauchés dans les six mois suivant l’obtention de leur diplôme. Bonne route !

 

Sophie Lavoix

© 2013 Les Industries Technologiques – Tous droits réservés

Photos ©DR

 

REPERES

Recherchez la formation adaptée à vos envies, en cliquant ici.

Consultez les offres d’emploi, postez votre CV et inscrivez- vous sur le site des Industries Technologiques.

Téléchargez ici le rapport complet de l’étude sur « la filière automobile ‘amont’ : étude des besoins de compétences actuels et futur au niveau régional ».

 

  • 19 juin 2013
  • Envoyer par mail
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Viadeo
Envoyer

L'email inscrit ne sera ni conservé ni réutilisé

*champs obligatoires

Vous aimerez peut-être

Abonnement aux actualités

Consulter les mentions légales

Mentions légales

L’UIMM, en sa qualité de responsable du traitement, collecte et traite vos données afin de vous adresser la newsletter. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « loi Informatique et Libertés » , vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition pour motif légitime à l’utilisation des données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous adressant au CIL par courrier postal à l’adresse suivante UIMM, Correspondant Informatique et libertés, 56 avenue de Wagram, 75017 PARIS