Accueil Actualités Des drones pour observer les exploitations pétrolières
Actualités - Innovation

Des drones pour observer les exploitations pétrolières

Des drones pour faciliter le travail des agriculteurs ou des exploitants pétroliers ? Les produits créés par l’entreprise toulousaine Delair Tech semblent venir tout droit… du futur ! C’est d’ailleurs pour leur caractère innovant qu’ils ont été récompensés par le Ministère du redressement productif, fin mars, lors d’une conférence sur les Objets de la France industrielle.

Vous pensiez que les drones étaient réservés à un usage militaire ? Ceux fabriqués par Delair Tech sont utilisés par des entreprises civiles, pour de nombreuses applications : agriculture, industrie pétrolière... Ces drones civils, l’entreprise toulousaine, montée par quatre ingénieurs en mécanique, électronique et informatique les fabrique depuis deux ans.

L’idée de s’associer pour fabriquer des drones est le fruit de l’expérience de deux des quatre ingénieurs, qui travaillaient à l’époque dans l’industrie pétrolière. Ils étaient sans cesse confrontés au même problème : quand une fuite est détectée sur un pipeline, il est très difficile de la localiser, la caractériser et envisager l’intervention appropriée pour la colmater. Faire intervenir un avion, un hélicoptère ou un satellite ? « C’est possible, mais récolter ainsi l’information prend plusieurs jours. Pendant ce temps la fuite continue et engendre une catastrophe environnementale, financière et industrielle. Nous avons donc eu l’idée d’utiliser de petits drones de moins de 2 kg, d’1,80 m d’envergure, faciles à déployer en quelques minutes et capables de prendre des photos aériennes pour les transmettre en temps réel », explique Benjamin Benharrosh, l’un des associés.

Maîtriser les technologies

Si le premier modèle est déjà commercialisé, deux autres devraient suivre à l’été 2013. Les appareils sont issus à 100% des ateliers de Delair Tech. « Nous ne voulions pas être de simple assembleurs de technologies existantes, le fait de produire le drone de A à Z nous permet de maîtriser intégralement les technologies utilisées. Les pièces qui ne sont pas faites chez nous sont issues d’autres entreprises de la région Midi-Pyrénées. » indique Benjamin Benharrosh.

C’est d’ailleurs grâce à cette caractéristique que Delair Tech est la première et aujourd’hui la seule entreprise autorisée par la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) à faire voler ses engins à 100 km hors de portée de vue : loin des yeux, l’engin, sans pilote est alors guidé uniquement par la station au sol.

Un drone totalement autonome

Delair Tech vend ses engins à des opérateurs prestataires de services qui, eux, fournissent à leurs clients les images satellites captées par les drones. Les clients finaux sont des gestionnaires de sites industriels sensibles ; des exploitants agricoles souhaitant fertiliser leurs champs avec précision pour ne pas déverser de produit sur toute la surface - et donc détecter à quel point GPS la culture a besoin d’azote ; ou encore EDF, pour déterminer si des végétaux se trouvent trop près de certaines lignes et intervenir à un endroit précis pour les élaguer. Le drone, totalement automatisé, est intelligent puisqu’il est capable de suivre une trajectoire, de réagir à une panne de GPS… il est autonome dans ses prises de décision. Le parcours peut être modifié en temps réel sur la station au sol, avec laquelle le drone communique par une antenne. Les photos de la terre vue du ciel sont désormais un nouvel art au service de l’industrie !

 

Pascale Raimbault

©2013 Les Industries Technologiques – Tous droits réservés

Photos © Delair Tech  © Redbird

 

  • 20 Mai 2013
  • Envoyer par mail
  • Imprimer
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Viadeo
Envoyer

L'email inscrit ne sera ni conservé ni réutilisé

*champs obligatoires

Vous aimerez peut-être

Abonnement aux actualités

Consulter les mentions légales

Mentions légales

L’UIMM, en sa qualité de responsable du traitement, collecte et traite vos données afin de vous adresser la newsletter. Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « loi Informatique et Libertés » , vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression et d’opposition pour motif légitime à l’utilisation des données vous concernant, que vous pouvez exercer en vous adressant au CIL par courrier postal à l’adresse suivante UIMM, Correspondant Informatique et libertés, 56 avenue de Wagram, 75017 PARIS